Cultiver l’optimisme avec la Sophrologie

Et non, je vous assure que le confinement n’a pas attaqué mon bon sens ou ma raison !
Crise sanitaire, crise économique, crise sécuritaire … tous les médias se font l’écho en permanence des nouvelles angoissantes, stressantes qui plombent notre quotidien, et bien souvent également la vision que l’on a de notre avenir.

C’est justement dans les moments difficiles qu’il est le plus utile de booster son mental. Et vous avez envie d’une 1ère bonne nouvelle par les temps qui courent ?… L’optimisme se cultive, et la sophrologie est un outil idéal pour cela

Etre optimiste pourquoi ?

Pour notre santé mentale bien sûr, mais aussi physique.
L’anxiété, la morosité, le stress génèrent des troubles tels une fatigue émotionnelle, des troubles du sommeil, une altération du jugement etc.. A contrario, des études en neurosciences ont permis de démontrer les bienfaits de l’optimisme : allongement de l’espérance de vie, plus de réussite, plus de satisfaction de ses relations, de sa vie, meilleure résistance physique etc…

Alors, être optimiste c’est quoi ?

  • Non, ce n’est pas de se fermer les yeux et les oreilles, de ne plus regarder la réalité en face et de se convaincre que nous vivons au pays de Oui-Oui.
  • Non, ce n’est pas non plus appliquer une mauvaise méthode Coué du type « je vais bien, tout va bien».

Être optimiste c’est s’autoriser à envisager une tournure favorable aux évènements. On ne choisit pas forcément les événements extérieurs qui nous impactent, mais autant que faire ce peut, on peut choisir comment on veut les vivre.

Par exemple, avec la recherche de performance, d’excellence, faire une erreur est plus souvent vécu comme un échec que comme une opportunité. L’optimiste en revanche sera d’accord avec Neslon Mandela qui a dit :

” Je ne perds jamais. Soit je réussis, soit j’apprends. ”

Alors, l’optimisme est-il inné ou acquis ?

Et bien une 2ème bonne nouvelle pour les optimistes adeptes du verre à moitié plein : des études menées par le King’s Collège ont montré que l’attitude positive est déterminée génétiquement à 25%.
Nous héritons finalement d’un faible pourcentage de nos parents, et le reste dépend de nous, de notre attitude personnelle, de notre approche et de notre détermination.

Le résultat d’actions positives

Comment ? en entrainant notre cerveau. Toujours en neurosciences, on a démontré qu’entre des cerveaux d’optimistes et ceux de pessimistes, ce n’étaient pas les mêmes aires cérébrales, les mêmes connexions qui étaient sollicitées pour réagir face à un évènement. Enfin une 3ème bonne nouvelle. Notre cerveau conserve même à l’âge adulte des capacités de plasticité et donc la faculté de créer de nouvelles connexions entre les aires cérébrales, et cerise sur le gâteau, selon une récente étude, le cerveau humain préfèrerait les probabilités positives aux négatives.

Et l’une des façons d’entrainer notre cerveau à développer ses connexions de l’optimisme c’est de pratiquer des exercices de sophrologie. La sophrologie dont l’un des fondements théoriques est le principe d’action positif.

optimisme

Conclusion cultiver votre optimisme avec la Sophrologie

Nous avons toutes les cartes en main, alors à nous de jouer !
Pour plus d’informations, contactez moi.

Prenez votre rendez vous sur Calas / Cabries juste en dessous

Votre rendez-vous Sophrologie en ligne

  • Rendez-vous de découverte : 30 Minutes
  • Rendez-vous de Sophrologie : 1 heure
  • Rendez-vous de coaching : 1h30
  • Possibilité de déplacement : comptez 15€